Précisions sur la méthode des yeux



Précisions sur la méthode des yeux                          

Cette méthode est très ancienne et a dans le passé fait couler beaucoup d'encre. La première des idées qui peut venir lorsque l'on constate beaucoup de passion sur un sujet c'est que le sujet est plus concerné par la foi que par la raison. Ce qui veut dire qu'il y a ceux qui y croient et ceux qui n'y croient pas ; ce qui éloigne la dite méthode de tout caractère scientifique avéré.


Classement des yeux dit "par groupes sanguins".

    1er cercle de l'iris 2ème cercle de l'iris remarque
1 jaune d'or brun  
2 jaune paille brun  
3 blanc bleuté rouge  
4 brun brun  
5 jaune paille rouge zone moyenne fortement colorée
6 jaune paille et rouge jaune paille et brun pas de distinction entre 1er et 2ème cercle
7 peu de pigmentation   un seul cercle pâle avec cercle de corrélation marqué
8   trois cercles ou cercles mélangés
9     trois cercles blancs avec pigmentation faible au milieu

Les trois premières catégories sont dites "bonnes pour la reproduction", les trois suivantes sont dites "bonnes pour le voyage" et les deux dernières sont dites "bonnes pour la casserole".

La méthode meldoise a beaucoup évoluée en ce domaine. Le Commandant Dhénaut et Jean Boda y attachaient assez d'importance pour les accouplements, mais beaucoup moins pour la sélection sportive. Leur examen de l'oeil du pigeon s'effectuait à l'oeil nu de l'homme. En se qui concerne les traits noirs censés indiquer l'aptitude sportive ils ne s'en souciaient guère et déclaraient comme apte aux concours un pigeon qu'ils écartaient de la reproduction.

Comme pour la méthode du standard, l'observation et la constatation de faits répétés sur plus de trente années d'expérience montrent que les plus beaux yeux du monde n'empêchent pas des tas de pigeons de se perdre très rapidement pour ne plus jamais revenir. Une autre observation montre que l'aspect des yeux des pigeon change avec les conditions climatiques ou plutôt de luminosité relativement au temps qu'il fait. Qu'il y a aussi modification de l'apparence oculaire sous une lumière artificielle et sous une lumière naturelle. Pour faire des comparaisons et remarques pertinentes entre pigeons il faudrait donc pouvoir garantir la constance des caractéristiques lumineuses au cours de différentes observations. Cette méthode est sans nul doute très intéressante, mais souffre d'aléas et de faiblesses qui doivent mettre en garde le colombophile sur son usage exclusif.

Rappelons pour mémoire que les couleurs naissent de la réverbération partielle d'une onde provoquée par un flux de particules (photons). Les corps absorbent plus ou moins certaines longueurs d'ondes qu'ils reçoivent de la source d'émission et réverbèrent les autres. Le flux complet représente la lumière blanche et le flux nul représente la lumière noire, la gamme complète étant représentée par l'arc en ciel. Une couleur que l'œil humain perçoit est le reflet d'une certaine longueur d'onde sur un corps.

Si la source de lumière change, les couleurs changent. Mais si la matière change, la couleur créée par la réverbération de la même lumière va aussi changer. Il se fait que l'état général du pigeon, sa forme ou simplement son état de santé vont faire varier la consistance de la matière qui constitue l'iris de l'œil du pigeon et donc la couleur de ses yeux.

L'œil du pigeon est contiguë aux sinus et n'en est séparé que par une membrane. Si un foyer infectieux ou une simple irritation affecte l'épithélium des fosses nasales, l'œil est très vite touché et change d'aspect.

Les yeux sont fortement irrigués par une multitude de vaisseaux sanguins. La matière qui occasionne la réverbération de la lumière sur l'iris est la pigmentation. Les pigments sont de la mélanine qui est transportée par le sang. Il y a donc une relation étroite entre le sang et la couleur des yeux. mais dans le vocabulaire scientifique, sang ne signifie pas génome. Dans le cas précis il faut mieux parler de richesse biochimique, de vitalité, de qualité à transporter les éléments chimiques indispensables à l'activité musculaire que d'empreinte génétique.

Le colombophile a donc tout intérêt à observer fréquemment et minutieusement les yeux de ses pigeons et surtout de déceler tout changement d'aspect.